lupa
esp eus eng fr

Entretien et préservation

 

L'architecture du sel générée dans la vallée salée tout au long de son histoire est unique au monde non seulement pour les solutions architecturales que les paludiers  ont dû développer pour adapter une exploitation traditionnelle du sel à un paysage d'orographie spéciale, mais aussi pour  réaliser un espace durable en parfait équilibre environnemental et écologique.

Le manque de rentabilité de la production de sel à Añana depuis la fin du XIXeme siècle a poussé les paludiers  à lutter par tous les moyens pour rendre leur produit plus compétitif dans un marché qui ne valorisait que la quantité et non la qualité. Entre les années 1885 et 1960, 1 085 aires de production du sel ont été réalisées, ce qui veut dire  que la superficie destinée au processus de cristallisation du sel est passée de 89 434 mètres carrés à 110 700 mètres carrés.


En dépit de cela, en réalité il n'y avait pas d'augmentation de ses limites, mais la surface existante a été massifiée dans des espaces considérés depuis des siècles par le « savoir-faire » du paludier comme impropres à la construction. Des airs ont été construits sur les puits, sur les voies de communication internes de la vallée, et même partiellement sur le lit de la rivière et ce  malgré le danger que cela impliquait en raison des inondations d'eau.

Pour la première fois et pour tenter de réduire les coûts, de nouveaux matériaux ont été introduits, tel que  le ciment dans les années 30 du XXeme siècle, ce qui a réduit  le processus de la maintenance traditionnellement pratiqué. Cela a brisé l'un des principes de base du ce processus; qui est  l'utilisation de matériaux réutilisables, clé de la survie de la vallée sale  depuis des millénaires.

Comme prévu, le changement de certaines règles du «savoir-faire» paludier  a fait que la situation et l'état de la vallée s’empiraient. Entre 1960 et 2000, l'année où les administrations publiques ont commencé à intervenir dans la Vallée Salée, la situation s'est aggravée principalement pour deux raisons :

La première raison est que son architecture s'est détériorée à cause  de la diminution de la production de sel et du manque d'entretien qui en résulte. Il faut tenir compte du fait que, d'une part, le paysage a commencé à être encombré  de débris de béton des aires  qui n'ont pas été retirés des marais salants à cause du coût élevé de l’opération. D'autre part, la diminution de la  production a fait que l'eau salée, qui est  un conservateur naturel de l’état des structures en bois, a cessé d’agir 

 


l’arrêt de la production du sel a été maintenu tout au long de l’histoire de la Vallée Salée, mais elle a été adaptée aux besoins des marchés qui, pendant la dernière partie du XXeme  siècle, ont demandé moins de sel d’Añana pour son prix excessif. Ainsi, entre 1960 et 1977, Dans son ensemble  la vallée a produit environ 4 000 tonnes de sel. En 1979, environ 2 800 tonnes. En 1984, il a été ramené à 1 338 tonnes  et, entre 1983 et 2000, année où ont débuté le «Plan directeur pour la récupération intégrale  », la production moyenne était d'environ 600 tonnes. Certaines années, les paludiers  ont eu tellement un excès du  stock en sel dans les entrepôts que la  production a été réduite au minimum, et le travail s'est concentré ainsi principalement sur la préservation et l'entretien de l’infrastructure  productif pour stopper  la détérioration  de beaucoup des structures.

Comme nous le verrons, le développement du plan directeur et la mise en œuvre de ses prescriptions, notamment avec la création de la Fondation Vallée Salée d’ Añana, ont été un véritable tournant dans les salines d'Añana, car leur intégrité, leur entretien continu et leur activité productive ont été restaurés  avec les anciens critères de continuité  et d'adaptation, et ce  en utilisant le savoir-faire que les paludiers utilisaient depuis des siècles


Pour réaliser ces travaux, la Fondation Vallée Salée  dispose de  paludiers, qui ont traditionnellement travaillé dans les salines, et leur "savoir-faire"; avec une équipe technique d'architectes, de topographes  et d'archéologues hautement qualifiés ; et avec une documentation historique et planimétrique exhaustive compilée dans le Plan directeur, qui permet de visualiser en trois dimensions tous les éléments constructifs des saline et d'en obtenir des informations en  lien avec  un Système d'Information Géographique.
.
2014, LA MOITIÉ DE LA VALLÉE EST DÉJÀ RESTAUREE  ET EN FONCTIONNEMENT

L'expérience a montré que la meilleure façon de maintenir la Vallée Salée  en bon état est de produire du sel, car le bois est préservé pendant des siècles par son contact avec l'eau salée. Néanmoins, ils doivent être périodiquement remplacés ou réparés, il s’agit d’une activité qui a été réalisée pendant des siècles. Les paludiers  non seulement contrôlent le processus de production  du sel, mais par eux même  ils supervisent et réalisent  les structures en Pierre et en bois des infrastructures des salines.

Conscient de cela, entre l'année 2000 et 2004, 117 aires  ont été restaurées; entre 2005 et 2008, 29 aires, et entre 2009 et 2011, 302 aires  Ce qui signifie un total de 448 aires  restaurées et en production.

Bien que les travaux de récupération aient commencé en 2000, c'est entre 2011 et 2014 que le projet a été développé par la mise en œuvre des actions permettant de  garantir la pérennité du paysage, en agissant  dans la partie fondamentale de la zone productive.


Entre septembre 2011 et septembre 2014, 1 582 aires  ont été restaurées  et mises en service, atteignant un total de 2 030 aires, soit 50% de la superficie, garantissant ainsi  la production de sel et la préservation  du paysage. En outre, le réseau de canaux de distribution d'eau salée, 217 puits de stockage et 44 entrepôts ont été entièrement restaurés. Les résultats obtenus font de Vallée Salée  un exemple de la  mise en valeur  du patrimoine, et un puissant moteur d'activité culturelle, sociale, économique et touristique.

Les travaux de récupération et d'entretien réalisés à la Vallée Salée  sont également un exemple représentatif de bonnes pratiques en matière de patrimoine. Coordonner  harmonieusement la gestion et l'amélioration de tous les éléments présents dans votre paysage. Mais, en plus, ils sont un modèle pionnier dans ce domaine puisque les techniques traditionnelles de «savoir-faire» du paludier, obtenues après des siècles d'essais et d'erreurs, coexistent avec les techniques et matériaux résistant  des temps modernes et qui ont été incorporés dans le projet après long processus de recherche scientifique.

La Vallée Salée  se distingue par son scrupuleux respect des métiers et des techniques traditionnelles, du fait qu’ils appliquaient la même chose que les paludiers utilisaient pendant des siècles avant. Ceux-ci répondent à une sagesse populaire complexe développée par les artisans eux-mêmes, dans laquelle ils suivent un modèle hérité des générations en raison de leur efficacité prouvée.

L'authenticité de ces techniques est assurée à la fois par les recherches historiques effectuées et par le fait que ce sont les paludiers  eux-mêmes qui effectuent les travaux de maintenance , On assure ainsi la continuité et la transmission des connaissances millénaires et un commerce qui est constamment orienté vers la recherche de l'harmonie avec l'environnement naturel de Vallée Salée , qui  devient une option pour l'avenir des  habitants  des salines et leurs environs

Dans la récupération, deux types d'emplois peuvent être distingués. Ceux liés à la production de sel et ceux qui sont d’usages culturels et touristiques, liés aux loisirs, la santé et la gastronomie. Dans le premier cas, les projets sont fidèles à l'architecture du sel, en conservant les matériaux et les techniques de construction que les paludiers ont développés au cours des siècles tout en utilisant un outil quand si nécessaire, moderne.

Les espaces productifs des anciennes salines sont traités de différentes manières. La grande différence entre eux réside dans la finition de surface des plates-formes d'évaporation. Ils peuvent être divisés en:

- aires d'argile avec des critères de l'époque romaine et médiévale
- Les aires des galets avec des critères du XIXème siècle
- Les aires de ciment avec les critères du XXème siècle
- Les aires calcaires avec des critères du XXIème siècle

Mais la Vallée Salée  est beaucoup plus qu'une usine de sel. C'est un paysage ouvert, lié à la société et à l'environnement naturel avec des espaces culturels, environnementaux et touristiques totalement compatibles,  et qui ne constituent aucune menace pour leur intégrité et leur authenticité. Pour citer un exemple, la structure en bois pour les activités culturelles ou pour le pédiluve, où profiter des effets thérapeutiques de l'eau salée. Cet espace est une demande de la communauté locale et une rénovation des aires et des puits dans lesquels les paludiers et les voisins d'Añana se sont baignés.

De nouveaux entrepôts en bois ont également été construits pour stocker, emballer et commercialiser le sel  d’Añana, et les bâtiments qui sont une partie essentielle  répondant aux  nouveaux usages de l’exploitation, tels que l'entrepôt de sel de Santa Ana,  qui a été réaménagé  en tant que salle polyvalente et celle de la  Revilla, en tant que centre de visiteurs.

Nous utilisons des cookies pour les statistiques d'utilisation du Web. Si vous continuez à naviguer, nous comprenons que vous accepte cela,
JE N’ACCEPTE PAS   J'ACCEPTE LES COOKIES    Más información